Revêtements de sols : Résistance à la compression

Résistance à la compression

Un support n’ayant pas une résistance suffisante peut engendrer des problèmes, sous l’effet des chocs ou impacts, en occasionnant un décollement du revêtement par endommagement du support.

En général, un support doit avoir une résistance à la compression de 25 Mpa minimum, sinon il peut être considéré comme douteux dans un environnement industriel et ceci demande des solutions particulières.

Humidité

La plupart des revêtements de sols sont imperméables à la vapeur d’eau et fonctionnent comme une barrière aux remontées d’humidité. Cette pression occasionne systématiquement le décollement du revêtement. Il est nécessaire que le support soit protégé contre les remontées
d’humidité. Dans le cas contraire et si une présence d’humidité est constatée, il faut choisir un système perméable à l’eau (chape hydraulique et / ou peinture phase aqueuse).

Test de résistance à l’impact Mesure du pourcentage d’'humidité Test Schmidt hamer Test pull-off
Test de résistance à l’impact Mesure du pourcentage d’humidité Test Schmidt hamer
(Compression)

Test pull-off
(Adhérence)

Préparation

Pour qu’un revêtement de sol ait une bonne adhérence au support, il est nécessaire que sa surface soit solide, sèche et propre. Un ancien support est souvent contaminé par des huiles ou autres produits chimiques et les supports neufs ont toujours une laitance à la surface.
Quelque soit l’état du support, celui-ci doit être décapé mécaniquement pour assurer une bonne adhérence entre le support et le revêtement de sol. Il existe plusieurs méthodes de préparation du support. Parmi les plus utilisées, nous trouvons:

Le grenaillage

Cette méthode est la plus utilisée. Cela consiste à faire une projection de particules métalliques à fort débit avec aspiration simultanée dans un circuit fermé.
Ce système est conçu pour répondre à une demande, de plus en plus exigeante, d’efficacité et d’absence de pollution et poussières.

Grenaillage
Le grenaillage : la préparation la plus utilisée

Le rabotage

Celui-ci s’exécute à l’aide d’une machine équipée de meules rotatives ou de disques à segments diamantés qui décapent le support. Ce système est très efficace, surtout pour enlever des anciens revêtements ou pour des supports en mauvais état.
La raboteuse peut être équipée avec un système d’aspiration qui diminue les problèmes de poussières.

Le ponçage

Le ponçage par disque abrasif est seulement utilisé sur des supports neufs où il faut seulement enlever la laitance. La méthode n’est pas très adaptée pour des grandes surfaces, compte-tenu du temps utilisé.

Planéité et rugosité du support

La planéité et la rugosité du support ont une influence importante sur le choix du système de revêtement de sol.
Dans certains cas, lorsque la planéité du support est insuffisante ou que les pentes doivent être modifiées, il faut choisir un système d’application dont l’épaisseur est assez importante pour satisfaire les exigences demandées.
Si les défauts sont moindres, comme par exemple une rugosité trop importante pour le revêtement prévu, il faut prévoir un ragréage avant l’application du revêtement final.
Ce ragréage doit normalement être effectué avec une résine de même nature que le revêtement final, par exemple avec de l’époxy chargé de silice pour un

revêtement sol résine epoxy
.

Les joints

façon générale, les dallages de béton sont découpés par différents types de joints. Des joints anticipants des mouvements des supports doivent être respectés dans le revêtement et remplis par un produit de joint adapté. Les joints de dilatation concernent les variations dimensionnelles de dallage dues aux écarts de températures.
Les joints d’isolement séparent les dallages des parties indépendantes (poteaux, massifs, etc.). Des joints sans mouvements ou de construction peuvent être éventuellement recouverts par le revêtement de sol
.

joint
(joints)

Les plinthes

En milieu humide et surtout dans l’industrie alimentaire, les plinthes sont obligatoires.
Ces plinthes seront faites d’après différentes méthodes. La méthode traditionnelle consiste à réaliser des plinthes avec un
mortier à base de liant de même nature que le revêtement prévu. Dans le cas d’un mortier pigmenté dans la masse, celui-ci est ensuite recouvert par 2 couches de peinture dans la couleur désirée. Dans le cas d’un revêtement décoratif , les plinthes sont exécutées avec des charges colorées et regarnissage avec un liant incolore.

Plinthes traditionnelles Plinthes
Plinthes Plinthes