Résistances mécaniques

LES DEFINITIONS DES RESISTANCES MECANIQUES

résistances mécaniques

Voir le tableau des résistances mécanique
Télécharger le tableau des résistances mécanique (format excel)

Les différentes contraintes des industriels

 

Index de

La résistance à l’usure
Résistance chimique
Résistance à l’impact
Souplesse
Les rayons solaires
Conductibilité électrique
Résistance à la température et aux chocs thermiques
La facilité d’entretien
L’antidérapance
Isolation phonique
L’aspect décoratif
L’aspect esthétique dans le temps
Planéité

Formes de pentes

 

La résistance à l’usureElle est exigée pour presque tous les types de revêtements de sols. Une résistance insuffisante entraîne une usure prématurée et parfois totale engendrant de la poussière. L’usure est principalement provoquée par l’intensité du roulage, le freinage, le frottement des objets poussés sur le sol, selon la nature et le poids des charges déposées sur des palettes mises à terre. Il est très difficile de donner un classement exact de l’usure, mais trois termes sont souvent utilisés: 

Trafic léger : Piétons, chariots manuels, roues caoutchouc.
Trafic moyen : Chariots élévateurs de charge 1.5 tonnes environ, roues caoutchouc usage régulier, palettes/caisses en bois ou plastique.
Trafic lourd : Chariots élévateurs de charge de plus de 1.5 tonnes, roues métalliques, usage intense, palettes/caisses métalliques.

Selon la circulation prévue, il est important de sélectionner un système de revêtement de sol ayant une résistance adaptée.

 

 

Résistance chimique

Elle est impossible à généraliser, car elle dépend de la concentration, de la température, de la fréquence et de la durée de contact du produit utilisé. En général, il est nécessaire que le revêtement soit imperméable pour éviter la pénétration des produits chimiques. Il est important de tenir compte de la résistance à l’usure et aux impacts. En effet, un revêtement endommagé avec trous et décollements est vite attaqué par les produits chimiques. Aussi, les descriptifs doivent toujours préciser la nature et les conditions d’utilisation des produits chimiques pour que le revêtement soit le plus adapté possible aux besoins du client.

 

La résistance à l’impact

C’est la propriété du revêtement vis à vis de chocs brutaux d’éléments lourds de toutes sortes. La dégradation se manifeste par décollement du revêtement. Une fois décollée, la zone endommagée s’élargit petit à petit, et le revêtement se détruit. En général, plus le revêtement est épais, plus il est résistant. Un revêtement souple a aussi une meilleure résistance qu’un revêtement dur.

 

Souplesse

La souplesse d’un revêtement de sol apporte une sensation de bien être à la marche, une protection des pièces fragiles tombant accidentellement sur le sol et améliore l’isolation phonique en comparaison des revêtements durs.

Les rayons solaires

Les résines époxydiques ont une mauvaise résistance aux rayons solaires en cas d’application à l’extérieur. Un brunissement et/ou changement de couleur en sont les effets. Les systèmes à base de polyuréthanne aliphatique sont plus stables, mais la résistance aux UV d’une résine époxydique peut être obtenue par des finitions particulières développées pour cette fonction.

 

Conductibilité électrique

Dans l’environnement industriel, il est de plus en plus indispensable d’éliminer l’électricité statique. Pour ce faire, il est nécessaire d’avoir un revêtement qui puisse écouler rapidement les charges électriques vers la terre sans pour autant générer lui-même de l’électricité statique. Les revêtements synthétiques traditionnels sont généralement isolants et/ou générateurs d’électricité statique par circulation des charges et des personnes. Le choix d’un revêtement conducteur ou dissipatif est conditionné par l’utilisation des locaux et les contraintes de sécurité du personnel.

 

Résistance à la température et aux chocs thermiques

La plupart des revêtements de sol à base de résines synthétiques ne résistent pas à des températures égales ou supérieures à 60-70ºC et de ce fait perdent toutes leurs caractéristiques de résistances mécaniques et chimiques. Autrement, dans le cas des larmes de soudure, celles-ci brûlent la surface du revêtement et laissent des points noirs. Un tel désagrément rend le revêtement inesthétique mais surtout si les opérations sont continues, il sera détruit dans son épaisseur. Dans ce cas, un revêtement à base de ciment peut être mieux adapté. Enfin, les liquides très chauds tombant sur le sol, chutent très rapidement en température, mais provoquent un choc thermique qui peut entraîner le décollement. Il est donc important que la température se soit dissipée dans l’épaisseur du revêtement avant d’arriver au support ou que le revêtement ait le même coefficient de dilatation linéaire que le support.

 

La facilité d’entretien

Elle participe activement au besoin d’hygiène exigé par de nombreuses industries (agro-alimentaire, pharmaceutique, etc.). L’évaluation est assez simple, puisque plus lisse et dense est le revêtement, meilleur en est son entretien.

 

L’antidérapance

Cette caractéristique prise isolément peut s’obtenir aisément, à condition qu’il n’y ait pas d’autres contraintes comme, en particulier, la facilité d’entretien. Il est facile d’en déduire qu’antidérapance et propreté sont des propriétés difficilement conciliables et qu’un compromis n’est pas toujours évident.

 

Isolation phonique

L’absence de joint (hormis les joints de dilatation) et/ou la souplesse d’un revêtement de sol à base de résine mis en œuvre sur place, permet de diminuer les bruits provoqués par les machines et les charges roulantes.

 

L’aspect décoratif

Il devient de plus en plus important car il améliore l’ambiance du travail. L’évaluation de ce critère est principalement une question de goût et de couleur qui ne peut être réellement définie que par l’utilisateur. L’effet décoratif peut être donné avec l’inclusion de charges colorées (silices enrobées d’époxy coloré ou marbres) dans les liants incolores ou pigmentés donnant des aspects chinés ou terrazzo.

 

L’aspect esthétique dans le temps

Il est souvent lié à l’effet décoratif du revêtement. Mais dans certains cas, les rayures et les traces de pneus ou d’usures peuvent nuire à l’esthétique tout en gardant la qualité fonctionnelle du revêtement. Les surfaces des revêtements monochromes riches en résine, comme les autolissants durs, sont plus facilement rayables, ce qui entraîne une difficulté d’entretien pour conserver un esthétique satisfaisant. Cet inconvénient peut être en partie résolu par des finitions anti-rayures ou par les revêtements constitués de charges colorées inclues dans une résine époxydique incolore.

 

Planéité

Un revêtement de sol à base de liants hydrauliques peut corriger, dans une certaine mesure, les écarts de niveaux des supports neufs ou anciens. Un support rugueux peut, dans certains cas, être rendu plan par des mortiers résineux. L’épaisseur variable de ces derniers (5 à 10 mm) permet une solution rapide mais coûteuse. Un ponçage avec des meules à béton ou disques à segments diamantés peut parfois donner satisfaction à moindre prix.

 

Formes de pentes

Dans certaines industries et principalement dans l’agro-alimentaire, il est très souvent nécessaire d’avoir un revêtement de sol avec des pentes pour l’écoulement des liquides vers les siphons et caniveaux. Des mortiers à base de résines en permettent soit la création, soit de suivre des formes de pentes. Il va de soi que des systèmes autolissants sont difficilement utilisables pour de tels travaux.